Louis Vuitton présente sa nouvelle montre connectée embarquant un OS maison

Louis Vuitton a commencé la promotion de sa future montre connectée : la Tambour Horizon Light Up. Pour l’occasion, Le Figaro a pu s’entretenir avec Jean Arnault, le nouveau directeur marketing et développement des montres du groupe. Cela nous permet d’obtenir quelques détails sur cette nouvelle tocante et sur les ambitions de la marque dans le secteur.

Jean Arnault. Image : LinkedIn.

Première surprise : l’horloger a décidé de ne pas miser sur le nouveau Wear OS de Google comme pour ses précédents modèles, mais sur un OS maison. Le directeur justifie ce choix par une volonté de souveraineté et de liberté permettant de simplifier le système. L’accent est mis sur la simplicité et la lisibilité : « Ici, on ne se perd pas dans les menus et les sous-menus. Cette ligne directrice sera celle de nos futurs produits », explique-t-il.

En coulisse, ce changement a peut-être été dicté par le fait que le nouvel OS de Google nécessite une configuration plutôt musclée. Celui-ci a fait ses débuts sur la Galaxy Watch 4, mais Google entretient le flou sur la compatibilité entre les SoC déjà existant et son OS qui devrait sortir plus tard dans l’année. Pour Louis Vuitton, il était donc peut être plus simple de repartir de 0 afin de s’assurer une meilleure longévité de la puce embarquée (Snapdragon Wear 4100), mais aussi pour ne pas se faire dépasser par les montres pleinement compatibles Wear OS de Samsung déjà sur le marché.

Car la durabilité est importante pour la marque : Jean Arnault veut un produit qui tienne sur le long terme et estime la réparabilité de sa montre « entre 80 % et 90 % ». Il promet que la plupart des pièces sont réparables et que la montre devrait fonctionner tant que le Bluetooth reste la technologie de référence pour l’appairage avec le téléphone. Le directeur s’avance même sur une date est veut que sa tocante soit utilisable « jusqu’en 2030, voire 2035 ». Une déclaration ambitieuse tant les choses évoluent vite dans le monde de la tech, mais la position est honorable.

Image : Louis Vuitton via Le Figaro.

Comme pour ses précédents modèles, Louis Vuitton vise avec cette montre les voyageurs fortunés, les sportifs pouvant se tourner vers TAG Heuer. La Tambour Horizon Light Up dispose d’un boitier de 44mm en acier épais de 13,2mm (ce qui est légèrement plus épais que l’Apple Watch). L’écran fait 1.2″ et est entouré d’un anneau LED rétroéclairé sur lequel sont répartis 24 fleurs lumineuses.

Contrairement à l’Apple Watch, la montre ne semble pas très axée sur la santé. On retrouvera un capteur de rythme cardiaque, un accéléromètre et un gyroscope. En revanche, plusieurs applications sont proposées plus en adéquation avec la cible du produit, comme « My Travel » qui permet d’obtenir des informations sur ses voyages, ses cartes d’embarquement et des guides touristiques Louis Vuitton.

Image : Louis Vuitton via Le Figaro.

L’OS semble également faire la part belle aux cadrans originaux, avec de nombreuses animations et des thèmes aux motifs de la marque qui devraient être bien personnalisables. Le Figaro précise que de nouveaux thèmes seront proposés tout au long de l’année en fonction des évènements du calendrier (Noël, Nouvel an lunaire etc.).

La montre est certifiée MFI (« Made For iPhone ») et sera aussi compatible avec Android et HarmonyOS. Niveau autonomie, elle devrait tenir une bonne journée en utilisation normale. La montre sera proposée à partir de 2 870 € et devrait être commercialisée sous peu.

Laisser un commentaire