Intel annonce un processeur mobile plus puissant que le M1 Max… et qui consomme beaucoup plus

« Le processeur mobile le plus puissant jamais créé », « La meilleure plateforme dédiée au jeu »… Intel ne manque pas de superlatifs pour vanter sa 12e génération de processeurs Core pour ordinateurs portables disponible à partir de février, et en particulier sa star, le Core i9-12900HK.

Intel Core de 12e génération. Image Intel.

C’est la première génération de processeurs mobiles Intel à être basé sur le procédé de gravure Intel 7 (censé apporter un gain de 10 à 15 % de performances par watt) ainsi qu’à exploiter l’architecture Alder Lake. Cette architecture hybride est un changement majeur pour le fondeur, puisqu’il mêle pour la première fois des cœurs hautes performances avec des cœurs économes en énergie — une composition hétérogène qui existe depuis des années sur les smartphones et maintenant sur Mac avec les puces Apple Silicon.

Alder Lake : Intel trace sa route pour rattraper Apple (1/2)

Alder Lake : Intel trace sa route pour rattraper Apple (2/2)

En l’occurrence, le Core i9-12900HK a 6 cœurs rapides et 8 cœurs économes (14 au total, donc), à comparer à la puce M1 Max des MacBook Pro qui a 8 cœurs rapides et 2 économes (soit 10 au total). Les cœurs économes du processeur Intel peuvent monter jusqu’à 3,8 GHz et les cœurs puissants jusqu’à 5 GHz, quand les cœurs les plus rapides du M1 Max sont limités à 3,23 GHz. Mis bout à bout, ces caractéristiques font du Core i9-12900HK un processeur plus puissant que le M1 Max, tout du moins sur les benchmarks sélectionnés par Intel.

Sur Blender, accompagné d’un GPU Nvidia RTX 3080, le Core i9-12900HK est présenté comme 30 % plus rapide que son prédécesseur, le Core i9-11980HK, ainsi que plus rapide (sans le détail) que le M1 Max et le M1 Pro. Ce que le graphique ne montre pas, mais qui apparait dans la fiche détaillée d’Intel, c’est que le GPU Nvidia consomme à lui seul 160 W et que le CPU consomme jusqu’à 115 W de son côté. Le MacBook Pro 16″ utilisé en comparaison consomme au maximum 120 W au total.

À noter aussi que ce benchmark a sans doute été réalisé avec une version de Blender non optimisée pour l’API graphique Metal d’Apple. Cette optimisation commence seulement à apparaître depuis quelques semaines dans une version alpha.

Intel présente également son dernier né comme plus puissant — parfois de manière très marginale — que le M1 Max sur CrossMark, Premiere Pro (PugetBench) et Autodesk (benchmark Cadalyst). La démonstration de la supériorité du Core i9-12900HK est loin d’être éclatante, en témoigne d’ailleurs le graphique ci-dessous qui montre que le M1 Max est capable de fonctionner à une consommation bien moindre.

C’est toute la difficulté d’Intel depuis des années : parvenir à proposer des processeurs plus puissants sans faire exploser la consommation, chose que ne parvient pas encore à faire Alder Lake comparé aux derniers ordinateurs d’Apple. Intel n’annonce d’ailleurs pas d’amélioration de l’autonomie avec sa nouvelle génération. En adoptant la puce M1 Max, le MacBook Pro 16″ a pris un petit peu d’embonpoint (355 x 248 x 16 mm pour 2,2 kg), mais ce n’est rien à côté du MSI GE76 Raider utilisé par Intel pour ses tests, un monstre de 397 x 284 x 25 mm et 2,9 kg accompagné d’un chargeur 280 W.

Laisser un commentaire