Aller au contenu

Disney+ veut du contenu local pour s’imposer partout dans le monde

  • par

Disney double la mise dans le secteur du streaming. L’entreprise vient de créer une toute nouvelle division entièrement dédiée à la production de contenus internationaux. Le groupe International Content and Operations, qui complète les trois autres « maisons » Disney (Studios Content, General Entertainment Content et Sports Content), va récupérer les quelque 340 programmes en cours de développement un peu partout dans le monde et en concevoir d’autres.

Il s’agit pour Disney+ et pour les autres plateformes de streaming du mastodonte aux grandes oreilles (Hulu, ESPN+) de s’agrandir à l’international. Actuellement, Disney+ est disponible dans 64 pays, l’objectif est d’atteindre les 160 territoires d’ici la fin de l’année fiscale 2023 (soit fin septembre 2023).

Les différents services de streaming de Disney comptabilisaient 179 millions d’abonnés à la fin de l’année fiscale 2021. L’annonce des derniers résultats trimestriels a déçu les analystes, en particulier Disney+ avec ses 118 millions d’abonnés, soit un peu plus de 2 millions de plus d’un trimestre à l’autre.

Disney+ engrange moins d’abonnés qu’espéré

Cette réorganisation d’ampleur montre toute l’ambition du groupe Disney, qui doit encore accélérer la création de contenus pour attirer toujours plus de paires d’yeux. Rappelons que les plateformes ont obligation sur le vieux continent de respecter un quota de 30% de contenus européens. Variety relevait fin 2020 que Disney+ ne proposait que 4,5% de programmes européens en France, contre un peu plus de 20% pour Netflix et 28% pour Prime Video.

Laisser un commentaire