Apple veut limiter au maximum la collecte de données dans ses produits et services

Le saviez-vous ? Ce vendredi 28 janvier, c’est la Journée de la protection des données à caractère personnel, un rendez-vous relayé notamment par la Commission européenne et ailleurs dans le monde. Impossible pour Apple de ne pas participer d’une manière ou d’une autre, sachant que la protection de la vie privée est un des chevaux de bataille du constructeur.

Pour l’occasion, Apple a donc autorisé Erik Neuenschwander, le responsable de la confidentialité des utilisateurs à Cupertino, à participer à une interview avec Rene Ritchie. Il n’y a pas de grande révélation alors que l’on connait bien les grandes lignes des travaux d’Apple dans ce domaine. Néanmoins, le cadre revient sur la pratique de la collecte minimale de données que l’entreprise a adoptée dans ses produits et services.

Pour Apple, la limitation des données c’est d’abord une réflexion sur la manière d’arrêter de collecter des données, et quand il est impossible de faire autrement, de ne collecter que ce qui est nécessaire pour fournir un produit ou un service. « Nous mettons cela au premier plan lors du développement d’une fonction, car si vous évitez dès le départ de collecter des données, c’est un excellent moyen de respecter la vie privée de l’utilisateur tout en lui laissant le contrôle de ses données », explique-t-il.

Pour accomplir ce travail, Apple peut s’appuyer sur les capacités de traitement des appareils en local : « nous avons amélioré le matériel au fil des ans, et ces changements sur nos appareils nous permettent de réaliser encore plus de calculs ». La place de plus en plus importante du Neural Engine sur les terminaux iOS et macOS en témoigne.

Il y a un an, c’était Tim Cook en personne qui donnait son opinion sur le sujet à l’occasion d’une conférence européenne. Le patron d’Apple n’y était pas allé avec le dos de la cuillère, en affirmant que « si nous acceptons que tout dans nos vies puisse être agrégé, nous perdrons bien plus que des données, nous perdrons la liberté d’être humain ».

Pour Tim Cook, la collecte effrénée de données incite aux violences et à l’extrémisme

Laisser un commentaire