Aller au contenu

iOS 15.4 bloquera le tempo dans les apps compatibles Apple Music

  • par

La prochaine révision 15.4 d’iOS va donner du fil à retordre aux apps qui manipulent, même légèrement, le contenu d’Apple Music. L’éditeur de Perfect Tempo a découvert au fil des bêtas que son logiciel ne pouvait plus modifier le tempo de lecture d’un morceau sélectionné sur Apple Music.

Perfect Tempo

C’est l’unique fonction de cette app, sortie en 2013, et conçue pour les musiciens ou les danseurs qui ont parfois besoin de ralentir la cadence pour étudier un morceau ou pour travailler sur un passage. Pensant d’abord à un bug, Open Planet Software a finalement obtenu confirmation d’Apple que ce changement était voulu. À partir d’iOS 15.4, les apps ne pourront jouer les morceaux d’Apple Music qu’à leur vitesse normale, ni plus ni moins.

La réponse d’Open Planet Software à l’un de nos lecteurs, guitariste et utilisateur de Perfect Tempo

iOS 15.4 n’étant pas encore sorti, les conditions d’utilisation d’Apple Music ne font pas (encore ?) mention de cette interdiction, ni la documentation de l’App Store, pas plus que celle de MusicKit qui offre l’intégration d’Apple Music aux apps tierces.

Pénalisant, ce genre de bridage dans l’utilisation des contenus d’Apple Music n’est toutefois pas inédit ni spécifique à Apple. Le service de streaming est absent des apps de DJ comme VirtualDJ ou Djay pourtant souvent promu par la Pomme. Ces logiciels avec lesquels on mixe des contenus ne peuvent se brancher sur Apple Music. Depuis l’été 2020, Spotify a également fermé le robinet à cette catégorie d’application. Seules celles qui se contentent de jouer normalement ces contenus restent tolérées.

Tous les services de streaming ne ferment pas leur porte pour autant. Djay et VirtualDJ peuvent tout à fait légalement piocher dans les bacs de Deezer, TIDAL, SoundCloud, Beatport et Beatsource, à défaut des deux principales plateformes du marché.

Aucune dérogation n’est prévue de la part d’Apple, ce qui laisse ce développeur écossais bien en peine de proposer une solution de contournement, autre que de conseiller à ses clients de ne pas faire la mise à jour. Sur le long terme c’est toutefois impraticable. L’autre possibilité est de se rabattre sur les morceaux de sa bibliothèque iTunes, ceux rippés d’un CD ou téléchargés d’autres sources, mais là-encore c’est une forme de pis-aller puisqu’on se prive d’un immense catalogue.

Laisser un commentaire