Revue de tests de l’iPhone SE 3 : un vieux pot qui carbure

Il sera entre les mains de ses premiers clients ce vendredi et les premiers tests de l’iPhone SE 3 ont été publiés. Au vu des caractéristiques de l’appareil on pouvait anticiper leur tonalité, sachant qu’il associe la crème des processeurs mobiles avec un design désormais désuet et, entre les deux, quelques améliorations saupoudrées ici ou là.

« Tout dans l’iPhone SE est prévu pour les années à venir à l’exception d’un élément très important : l’écran » écrit The Verge « c’est particulièrement dommage car le SE est par ailleurs un formidable téléphone de milieu de gamme ».

The Verge

Cette diagonale d’écran (4,7″) ainsi que sa résolution (750 x 1334) et sa technologie (LCD) — inchangées depuis plusieurs générations — cristallisent les critiques qui rappellent que les grandes diagonales et les dalles OLED ne sont plus l’apanage des téléphones haut de gamme.

« Ces spécifications sont carrément tragiques selon les normes de 2022 » rouspète Engadget qui cite également le taux de raffraîchisement calé à 60 Hz et pointe ce qui se fait chez deux concurrents de même catégorie « Ne me parlez même pas du taux de rafraîchissement. Le Galaxy A52 a un Super AMOLED de 6,5″ fonctionnant à 120 Hz, tandis que la dalle OLED du Pixel 5a se rafraîchit au moins à 90 Hz ». L’écran du SE 2022 n’est pas mauvais du tout, il n’est simplement plus au niveau de ce qui se fait ailleurs couramment.

Là où le SE reprend la main sans difficulté c’est sur les performances de son processeur A15. Extérieurement on est peut-être resté dans le passé, mais à l’intérieur on est fermement dans le présent avec le même processeur qu’un iPhone 13 Pro Max. Et même dans le futur si l’on considère que le top des smartphones Android, avec le fin du fin des Snapdragon, reste à la traine.

CNET a pris le dernier Samsung et confirmé ce à quoi on s’attendait « Dans les tests de référence, les scores de l’iPhone SE étaient en ligne avec ceux des iPhone 13 et 13 Pro. Le SE a obtenu de meilleurs scores que tout autre téléphone que nous avons testé, y compris le Samsung Galaxy S22 Ultra ».

The Verge ne dit pas autre chose « En utilisation quotidienne, le SE se comporte comme un téléphone avec un processeur de premier plan. Les applications s’ouvrent rapidement et même Genshin Impact, qui utilise beaucoup de graphismes, fonctionne sans problème. ». Ce qu’un téléphone à 1 000 $ peut faire, le nouveau SE a de fortes chances d’en être capable également.

Ce gros moteur est un gage de pérénité pour les systèmes et les apps à venir, comme le rappelle à juste titre Numerama « Aucune autre entreprise [Apple] ne met à jour ses smartphones aussi longtemps, ce qui peut laisser penser que l’iPhone SE ne sera pas obsolète dans 5 ou 6 ans malgré son prix ».

La limite réside plutôt dans la dimension de l’écran qui ne n’est pas toujours optimale pour certaines interfaces, estime The Verge « C’est le paradoxe de l’iPhone SE 2022. Les téléphones ne deviennent pas plus petits. Les écrans géants sont là pour rester, et les personnes qui conçoivent les pages Web et les menus des applications les développent en conséquence ».

Cette puissance processeur apporte un autre avantage, elle compense en partie le sur place que connaît le matériel photo et vidéo. Le SE 2022 n’est pas mieux équipé que le SE 2020, toutefois son A15 est capable de traitements que ne faisait pas l’13. On a Deep Fusion qui extrait automatiquement certains détails de l’image lorsqu’il manquait un peu de lumière ; il y a la fonction des styles photographiques apparue avec iOS 15 sur les iPhone 13 ou encore la quatrième génération de Smart HDR pour un équilibrage automatique des couleurs et des tons chairs.

Mais si l’on considère la partie vide du verre, il y a un absent important « C’est dommage que le SE n’ait pas de mode nuit » déplore CNET « Alors que d’autres téléphones au prix du SE, ou moins chers, ont tendance à inclure un mode nuit, il ne fonctionne pas très bien sur la plupart. Il y a une exception, le Pixel 5A avec 5G, qui coûte 20 $ de plus que le SE ». Un modèle de Google qui a été plusieurs fois cité pour ses bonnes capacités photo en dépit de son positionnement.

iPhone SE et Pixel 5A en photo de nuit. Crédit : The Verge

Des photos que l’on pourra prendre en plus grande quantité au fil de sa journée puisque le SE 3 s’améliore sur son autonomie : 2h de plus que les précédent SE, selon Apple. Merci là-aussi au processeur A15 et ses optimisations de fonctionnement puisque le design inchangé du téléphone fait qu’Apple n’y a pas glissé de plus grosse batterie.

Les différents testeurs s’accordent à dire qu’on tient une bonne journée en utilisant fréquemment ce SE, mais pas plus. Ainsi chez The Verge « J’ai tenu une journée et demie en utilisation modérée et une journée complète d’utilisation intensive avec quelques enregistrements vidéo, des jeux et beaucoup de temps d’écran avec une luminosité accrue ». Note dissonante chez Numerama qui se dit déçu mais dans un scénario où le SE est utilisé par une personne qui ne le laisse jamais longtemps en poche :

Avec notre grosse utilisation, nous n’avons pas une seule fois réussi à terminer la journée. Vers 16 heures, l’alerte « 10 % restants » apparaît, là où un iPhone 13 Pro nous a habitués à être au-dessus des 50 %. C’est sans doute le défaut principal de l’iPhone SE, en plus de son design vieillissant. C’est un smartphone conçu pour celles et ceux qui ont de petits besoins.

D’autres aspects emportent l’adhésion, telle la puce 5G qui ne servira pas forcément dans l’immédiat mais qui sera au rendez-vous lorsqu’on sera prêt pour un forfait compatible. Les opérateurs se frottent certainement les mains, suggère Numerama « Orange, SFR, Bouygues et Free doivent sûrement se réjouir d’avoir un iPhone à 500 euros capable de promouvoir leurs offres 5G ».

Et puis il y a le bouton Home, autre vestige de ce design typé, qui est moins sophistiqué que Face ID mais qui peut être pratique pour certains. Le journaliste de CNET, habitué à un iPhone mini, l’a retrouvé avec un plaisir avoué :

Après avoir utilisé des modèles d’iPhone compatibles Face ID au cours des dernières années, j’ai été surpris de voir à quel point j’aimais à nouveau utiliser Touch ID. Je n’avais pas réalisé à quel point ça me manquait.

C’est un plaisir d’utiliser Apple Pay en posant simplement mon pouce sur mon bouton d’accueil, par rapport à tenir un téléphone compatible Face ID devant mon visage pour m’authentifier avant de payer. Parfois, appuyer deux fois sur le bouton d’accueil semblait être un moyen plus efficace d’accéder au sélecteur d’applications.

En définitive, le bilan de cette nouvelle génération est contrasté. Le SE 3 mérite tous les superlatifs lorsqu’on parle de son processeur mais il subira aussitôt une avalanche de déceptions quant à ce design et son écran dont le bail est ainsi prolongé, ou pour les faibles évolutions en photo (il est moyen-moyen en selfies et sur son zoom). Sans oublier les 64 Go qui restent le point de départ de l’offre.

iPhone SE 3 et iPhone 13 verts : lancement des précommandes

Pour ce modèle, plus que pour les autres, tout dépend du public visé. Un iPhone 11, 12 ou 13 satisfera a peu près tout le monde, un SE en revanche conviendra à une part plus étroite de clients. Ceux qui ne courent pas après les spécifications — ou qui les ignorent royalement — ou encore celles et ceux à qui on offre un SE parce qu’il y a une assurance de qualité et de suivi sur la durée à opter pour un iPhone. Un iPhone qui, dans le cas de celui-ci, suffira amplement pour des usages ponctuels au quotidien.

Laisser un commentaire